Couverture du livre L'Égypte, mère du monde

L'Égypte, mère du monde

,
Auteur : Thierry Enel

L'Orient, la Grèce et Rome ne sont pas les seules sources de Occident judéo-chrétien, mais certaines idées ne prévalent que fait de n'avoir jamais été remises en cause. Notre intention est ici de reconsidérer ce qui, par tradition ou étroitesse d'esprit, a fondé l'analyse des civilisations jusqu'à ce jour.
Malgré quatre mille ans d'histoire et la richesse de sa civilisation, malgré son antériorité incontestable dans tous les domaines, l'Egypte n'apparaît comme référence dans aucune publication. Devant un acharnement si puissant et si constant depuis des siècles, on est en droit de se demander si la cause ne s'en trouverait pas dans des seules raisons d'Etat ou de dogme.
A l'approche du bicentenaire de l'expédition Bonaparte en Egypte (1798), qui fut déterminante pour la connaissance de cette civilisation, et à l'aube de l'an 2000, il est grand temps de mesurer l'impact que l'Egypte ancienne a pu avoir sur les autres civilisations, non seulement dans l'art, mais aussi dans les sciences et les religions, et de lui reconnaître la place qui lui revient en tant qu'aînée des civilisations et mère du monde.
Hébreux, Phéniciens, Grecs, Romains, chrétiens ont emprunté à cette université millénaire les germes dont ils ont à leur tour ensemencé l'histoire du monde. L'Occident judéo-chrétien a recueilli ce savoir, l'absorbant dans son patrimoine culturel et spirituel. Si certains pensent que "l'histoire commence à Sumer", nous ne pouvons pas occulter de notre mémoire" cette vieille civilisation à laquelle l'Europe doit le principe de toutes ses connaissances (Jean-François Champollion).

Date de parution

06 novembre 1997

Édition Brochée
18,30

155.00 mm x 235.00 mm

240 pages

EAN : 9782226095305

Les libraires en parlent