Accueil>Littérature étrangère
 

Littérature étrangère

L'Affaire Cendrillon

L'Affaire Cendrillon

Mary Higgins Clark, Alafair Burke

 

Une ravissante étudiante, un petit ami suspect, un célèbre réalisateur d’Hollywood, des millionnaires, des stars du show-biz... et un meurtre jamais élucidé.

Quel meilleur scénario pour Suspicion, célèbre série de télé-réalité qui reconstitue des cold cases avec la participation des proches de la victime ? Encouragée par l’énorme succès de son émission pilote, la productrice Laurie Moran a choisi de s’attaquer à « L’Affaire Cendrillon » : l’assassinat de Susan Dempsey, une étudiante retrouvée près d’une somptueuse villa d’Hollywood… étrangement chaussée d’un seul escarpin.

L’émission pourrait bien faire exploser l’audimat. En braquant les projecteurs sur un coupable plus dangereux qu’on ne le pense…

Pour la première fois réunies, Mary Higgins Clark et Alafair Burke, la nouvelle star du polar et digne fille de son père James Lee Burke, donnent le meilleur d’elles-mêmes dans un suspense étonnant.

Ce que j'ai voulu taire

Ce que j'ai voulu taire

Sándor Márai

 

« J’ai voulu me taire… Parfois ce n’est pas la réponse la moins dangereuse. Rien n’irrite autant l’autorité qu’un silence qui la nie. »

 

Longtemps présumé perdu avant d’être retrouvé et de paraître en 2013 à Budapest, Ce que j’ai voulu taire constitue le dernier volet inédit des Confessions d’un bourgeois. Le récit se construit autour de deux dates : le 12 mars 1938, lorsque l’Allemagne nazie annexe l’Autriche, et le 31 août 1948, lorsque l’écrivain et sa famille quittent la Hongrie, désormais pays satellite de l’U.R.S.S.

Mêlant confession intime et analyse historique, M rai évoque cette période cruciale de la Hongrie, auscultant une société tiraillée entre désir d’indépendance et rêve de grandeur nationale qui va finir par servir l’Allemagne nazie. Véritable réquisitoire contre le fascisme et la barbarie, le récit révèle un humaniste engagé, un homme conscient qui aspire à une autre voie que celle de l’Etat totalitaire dans laquelle le pays va s’engouffrer.

D’une grande honnêteté intellectuelle, Ce que j’ai voulu taire est le témoignage exceptionnel d’un des plus grands auteurs du XXe siècle, contraint de quitter un pays qui a nourri son œuvre. Il éclaire aussi, par une réflexion résolument moderne, les paradoxes de la Hongrie et de l’Europe d’aujourd’hui.

Femme nue jouant Chopin

Femme nue jouant Chopin

Louise Erdrich

 
Dans l’œuvre de Louise Erdrich, le rêve peut surgir du quotidien, le comique tourner au tragique, la violence et la beauté envahir tout à coup un paysage banal.

Rassemblées pour la première fois en deux volumes (La décapotable rouge et Femme nue jouant Chopin), ces nouvelles publiées dans des revues littéraires et des magazines américains sont marquées par l’imaginaire sensuel et fertile d’un écrivain singulier.

On y retrouve la genèse de ce qui a constitué, au fil des livres, l’univers de Louise Erdrich, de Love Medicine à Dans le silence du vent, couronné par le National Book Award : le Dakota du Nord, le monde indien, un réalisme à la fois magique et poétique, la passion secrète qui habite ses personnages et la puissance d’évocation de ses histoires.

 

« L’un de nos plus grands écrivains, remarquable par son audace stylistique et sa virtuosité artistique. Ce livre est une splendide démonstration de son talent et de son style. » The Washington Post

La Femme tatouée

La Femme tatouée

Pieter Aspe

 
Sacrée découverte dans un grand restaurant de Blankenberge, sur la côte belge : le corps sans vie d’une (très jolie) femme au fond d’un vivier à homards. Sur sa fesse gauche, un mystérieux tatouage, la lettre M en caractère runique, emblème d’un groupuscule d’extrême-droite. Le commissaire Van In et le fidèle Versavel se lancent sur ses traces pour se retrouver au cœur d’une véritable guerre entre catholiques intégristes, cellules islamistes et néo-nazies…

Toujours aussi mordant, toujours aussi réjouissant : le maître du polar flamand excelle à mêler suspense et humour.

Personne n'en saura rien

Personne n'en saura rien

Sylvie Granotier

 

Mélusine, Jeanne, Irène... Aucune n’est ressortie vivante de l’arrière de cette camionnette qui sillonnait les côtes françaises. L’assassin n’a jamais été inquiété. Isabelle a seize ans quand elle croise sa route. Elle est prête à tout pour survivre.


Aujourd’hui, elle est seule à savoir qui se cache derrière ce gros type solitaire jugé pour viol sur mineure. Pourtant elle se tait et c’est lui qui a peur.

La victime est-elle bien celle que l’on croit ?


On retrouve dans ce suspense sombre et intense la virtuosité de l’auteur du Passé n’oublie jamais. Histoire d’une vengeance et d’une manipulation, Personne n’en saura rien explore avec une subtilité dérangeante les rapports de domination et de soumission.

 
Le nouvel objectif du terrorisme islamiste : frapper au cœur l’Amérique profonde plutôt que ses symboles. Et pour mieux infiltrer le pays, un allié aussi improbable que déterminé : les cartels de la drogue mexicains.
 

Ex membre des commandos SEAL recruté par les services spéciaux de la CIA, Max Moore revient du Pakistan. Il est l’homme de la situation. Le seul capable de combattre sur tous les fronts.

 

« Espérons que ce plan d’attaque des grands aéroports américains ne tombera pas entre les mains des talibans ! Des attentats du 11 septembre à l’exécution de Ben laden, Tom Clancy a souvent fait preuve d’un incroyable sens de l’anticipation, alors croisons les doigts… Vous allez dévorer ce Clancy pur jus ! » Washington Times

 
Le nouvel objectif du terrorisme islamiste : frapper au cœur l’Amérique profonde plutôt que ses symboles. Et pour mieux infiltrer le pays, un allié aussi improbable que déterminé : les cartels de la drogue mexicains.
 

Ex membre des commandos SEAL recruté par les services spéciaux de la CIA, Max Moore revient du Pakistan. Il est l’homme de la situation. Le seul capable de combattre sur tous les fronts.

 

« Espérons que ce plan d’attaque des grands aéroports américains ne tombera pas entre les mains des talibans ! Des attentats du 11 septembre à l’exécution de Ben laden, Tom Clancy a souvent fait preuve d’un incroyable sens de l’anticipation, alors croisons les doigts… Vous allez dévorer ce Clancy pur jus ! » Washington Times

Arretez-moi

Arretez-moi

Lisa Gardner, Cecile Deniard

 

Que feriez-vous si vous connaissiez le jour et l’heure exacts de votre mort ? Pour Charlie Grant, ce sera le 21 janvier à 8 heures précises, dans quatre jours. Comme ses deux meilleures amies. Et elle souhaite que ce soit l’inspectrice D.D. Warren de la police de Boston qui se charge de l’enquête.

Prise par la traque d’un tueur de pédophiles, D.D. accepte à contrecœur. Mais dès qu’elle plonge dans le passé de la jeune femme, son instinct lui souffle que celle-ci ne lui a pas tout dit…

Un coupable peut en cacher un autre : avec Lisa Gardner, il faut toujours se méfier des apparences !

Sur les listes de best-sellers du New York Times pendant plusieurs semaines, Arrêtez-moi a été salué aux U.S.A. par le Library Journal et l’International Thriller Writers comme un des meilleurs suspenses de l’année.

Bridget Jones : folle de lui

Bridget Jones : folle de lui

Helen Fielding, Françoise Sorbier (du)

 
Que faire lorsque votre toy boy fête ses 30 ans le soir où votre meilleure amie célèbre ses 60 ans ?
Est-il moralement condamnable d’aller chez le coiffeur quand vos enfants ont attrapé des poux ?
Est-ce mal de tricher sur son âge sur les sites de rencontre ?

 

Confrontée à ces graves problèmes, et à quelques autres non moins angoissants, Bridget relève courageusement le défi d’élever seule deux jeunes enfants, d’apprendre à maîtriser tweets et textos et, surtout, redécouvre sa sexualité à l’heure de – aïe ! le mot qui fâche – l’âge mûr.

 

À la fois tendre, touchant, mélancolique et absolument hilarant, le retour tant attendu de notre Anglaise préférée. 

Surtout rester éveillé

Surtout rester éveillé

Dan Chaon, Hélène Fournier

 

Après son dernier roman, Cette vie ou une autre, Dan Chaon renoue avec la nouvelle, le genre littéraire qui l’a révélé lors de la parution de Parmi les disparus.

Sobriété et élégance du style. Puissance émotionnelle de personnages aux vies apparemment ordinaires : un père de famille dont le petit garçon fait des cauchemars en trouve la cause dans son propre passé ;  un homme tout juste veuf tente désespérément de déchiffrer des mots qu’il imagine lui être destinés ; un jeune homme réalise que la maison dont il a hérité à la mort de ses parents est habitée par une force obscure ; une femme divorcée se retrouve face à une existence qu’elle n’avait pas imaginée… De la réalité, Dan Chaon fait surgir l’étrangeté. Une étrangeté obsédant et intranquille qui donne à ses nouvelles une profondeur et une tension dramatique inattendues.

 

« Le John Cheever d’aujourd’hui. » The Boston Sunday Globe
 

« Constamment surprenant  et superbement inquiétant. » The New York Times Book Review

 

Première neige sur le mont Fuji

Première neige sur le mont Fuji

Yasunari Kawabata, Cécile Sakai

 

Première neige sur le mont Fuji rassemble six nouvelles inédites du Prix Nobel de littérature, Yasunari Kawabata. On y retrouve l’inspiration poétique et sensuelle qui caractérise les chefs-d’œuvre de l’auteur des Belles endormies.

Qu’il évoque un couple séparé par la guerre, réuni des années plus tard au pied du mont Fuji, l’amitié entre deux écrivains dont l’un est condamné au silence, ou la mélancolie d’une fin d’automne à Tokyo, c’est par touches subtiles et avec un art consommé de l’image que Kawabata esquisse, tel un peintre, portraits et sentiments, rêves et rêveries.

Écrites entre 1952 et 1960, réunies et traduites par Cécile Sakai, spécialiste de l’œuvre de Kawabata, ces nouvelles expriment, chacune dans sa singularité, la palette littéraire d’un des plus grands écrivains du XXe siècle.

Du sang sur la Baltique

Du sang sur la Baltique

Viveca Sten, Rémi Cassaigne

 

Par une belle journée de juillet, une foule impatiente assiste au départ du Tour de Gotland, la plus importante régate d’Europe du nord. Mais le voilier qui fait la course en tête abandonne soudainement. Son skipper, le vice-président de la prestigieuse Royal Swedish Yachting Society, vient d’être abattu. Et si cet avocat très médiatique, père de famille respectable, n’était pas celui que l’on croit ?

Maîtresse bafouée, concurrent jaloux… la liste des suspects s’allonge au fur et à mesure d’une enquête délicate où l’inspecteur Thomas Andreasson  tente de percer à jour une élite mondaine prête à tout pour sauver les apparences. Même à tuer une seconde fois...


« Pas de doute, star dans son pays, où elle rivalise avec Camilla Läckberg, Viveca Sten devrait se frayer une belle place dans les bibliothèques françaises. » L’Express

Mon année Salinger

Mon année Salinger

Joanna Smith Rakoff, Esther Ménévis

 

A la fin des années 90, Joanna, qui vient de terminer ses études de lettres, s’installe à New York où elle a trouvé un poste d’assistante dans une grande agence littéraire. Chaque jour, elle quitte l’appartement minuscule et délabré qu’elle occupe à Brooklyn avec son petit-ami, Don, aspirant écrivain ténébreux et neurasthénique, pour se rendre en métro sur Madison avenue et retrouver l’antique dictaphone et la machine à écrire qui trônent encore sur son bureau. Mais aussi et surtout sa boss, une femme de tête fantasque et charismatique qui semble n’avoir d’autre préoccupation qu’un mystérieux Jerry…

 

Hommage à la ville de New York, des cafés bohèmes de Brooklyn aux terrasses et aux lofts du Lower East Side, Mon année Salinger est aussi un récit d’apprentissage subtil, émouvant et drôle : la trajectoire littéraire et sentimentale d’une jeune femme et sa rencontre avec Salinger.

Cataract City

Cataract City

Craig Davidson, Jean Luc Piningre

 

« Je connais deux garçons qui suivent un sentier secret pour aller pêcher des perches dans le bassin du Niagara, leurs cannes à l’épaule comme des carabines. Je connais le flot sans fin des chutes qui rugit dans mes veines. Je connais des forêts infestées la nuit de loups gris. »

 

Avec la puissance et la sensibilité révélées par Un goût de rouille et d’os, adapté au cinéma par Jacques Audiard, Craig Davidson explore dans ce roman vertigineux le conflit intérieur de deux hommes liés par un secret d’enfance.

Duncan Diggs et Owen Stuckey ont grandi à Niagara Falls, surnommée par ses habitants Cataract City, petite ville ouvrière à la frontière du Canada et des États-Unis. Ils se sont promis de quitter ce lieu sans avenir où l’on n’a d’autre choix que de travailler à l’usine ou de vivoter de trafics et de paris.

Mais Owen et Duncan ne sont pas égaux devant le destin. Tandis que le premier, obligé de renoncer à une brillante carrière de basketteur, s’engage dans la police, le second collectionne les mauvaises fréquentations. Un temps inséparables, sont-ils prêts à sacrifier le lien qui les a unis, pour le meilleur et pour le pire ?

 

« Un véritable écrivain, qui crée son univers littéraire en se nourrissant du corps, du cœur et de l’âme des hommes. » Joseph Boyden

Le Fils

Le Fils

Philipp Meyer, Sarah Gurcel

 
Vaste fresque de l’Amérique de 1850 à nos jours, Le Fils de Philipp Meyer, finaliste du prestigieux prix Pulitzer 2014, est porté par trois personnages, trois générations d’une famille texane, les McCullough, dont les voix successives tissent la trame de ce roman exceptionnel.
 

Eli, enlevé par les Comanches à l’âge de onze ans, va passer parmi eux trois années qui marqueront sa vie. Revenu parmi les Blancs, il prend part à la conquête de l’Ouest avant de s’engager dans la guerre de Sécession et de bâtir un empire, devenant, sous le nom de « Colonel », un personnage de légende.

À la fois écrasé par son père et révolté par l’ambition dévastatrice de ce tyran autoritaire et cynique, son fils Peter profitera de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleversera son destin et celui des siens.

Ambitieuse et sans scrupules, Jeanne-Anne, petite-fille de Peter, se retrouvera à la tête d’une des plus grosses fortunes du pays, prête à parachever l’œuvre de son arrière-grand-père.

Il est difficile de résumer un tel livre. Porté par un souffle hors du commun, Le Fils est à la fois une réflexion sur la condition humaine et le sens de l’Histoire, et une exploration fascinante de la part d’ombre du rêve américain.

 

« Meyer est un impressionnant et remarquable conteur, de ceux qui vous font tourner les pages sans même que vous vous en rendiez compte. » Richard Ford

Dans le grand cercle du monde

Dans le grand cercle du monde

Joseph Boyden, Michel Lederer

 
Après Le Chemin des âmes et Les Saisons de la solitude qui l’ont imposé parmi les grands écrivains canadiens contemporains, Joseph Boyden poursuit une œuvre ambitieuse. Situé dans les espaces sauvages du Canada du XVIIe siècle, ce roman épique, empreint tout à la fois de beauté et de violence, est d’ores et déjà considéré comme un chef-d’œuvre.

 

Trois voix tissent l’écheveau d’une fresque où se confrontent les traditions et les cultures : celle d’un jeune jésuite français, d’un chef de guerre huron, et d’une captive iroquoise. Trois personnages réunis par les circonstances, divisés par leur appartenance. Car chacun mène sa propre guerre : l’un pour convertir les Indiens au christianisme, les autres, bien qu’ennemis, pour s’allier ou chasser ces « Corbeaux » venus prêcher sur leur terre. Trois destins scellés à jamais dans un monde sur le point de basculer.

 

Mêlant lyrisme et poésie, convoquant la singularité de chaque voix – habitée par la foi absolue ou la puissance prophétique du rêve – Boyden restitue, dans ce roman d’une puissance visuelle qui rappelle Le Nouveau Monde de Terrence Malick, la folie et l’absurdité de tout conflit, donnant à son livre une dimension d’une incroyable modernité, où « le passé et le futur sont le présent. »

 

« Le nouveau roman de Joseph Boyden est un livre surprenant, magistral, et très certainement le premier grand roman canadien du XXIe siècle. » The Vancouver Sun
 

« Un grand livre : déchirant, débordant de scènes d’action incroyables, habité par de magnifiques personnages et une formidable humanité. » The Globe and Mail
 

« Une épopée étonnante et, bien davantage qu’un simple roman, un livre sans âge, un classique-né. » The National Post