Rechercher un livre ou un auteur
Bienvenue
Créer
votre bibliothèque virtuelle.
Suivre
l’actualité de vos auteurs préférés.
Recevoir
les informations qui vous intéressent.
Bienvenue
Créer
votre bibliothèque virtuelle.
Suivre
l’actualité de vos auteurs préférés.
Recevoir
les informations qui vous intéressent.
Bienvenue
Déjà inscrit ?
Réinitialiser votre mot de passe

1900 . 1910

L’ascension d’un jeune éditeur

En savoir plus

1910 . 1920

Les premiers prix littéraires

En savoir plus

1920 . 1930

Une décennie faste

En savoir plus

1930 . 1940

L'essor et la diversification

En savoir plus

1940 . 1950

Les années difficiles

En savoir plus

1950 . 1960

Un nouveau départ

En savoir plus

1960 . 1970

La décennie des Nobels

En savoir plus

1970 . 1980

La diversification, du roman au document

En savoir plus

1980 . 1990

L'irrésistible ascension

En savoir plus

1990 . 2000

Le succès affirmé

En savoir plus

2001 . 2010

Le succès confirmé

En savoir plus

Depuis 2010

En savoir plus

1900

Albin Michel dépose les premiers statuts de sa maison d'édition.

1902

L'arriviste de Félicien Champsaur, publié en 1902, devient un des succès de l'époque.

1903

Lancement d'une collection de petits opuscules à bas prix, ancêtres du livre de poche, avec des auteurs comme Georges Courteline, Eugène Sue ou Hector Malot.

1905

Jean-Christophe de Romain Rolland reçoit le prix Fémina.

1908

Parution de L'Enfer, d'Henri Barbusse.

1910

Le 22 rue Huyghens, Paris 14e, devient le siège de l'entreprise.

La production se diversifie : à côté des auteurs de romans à succès, la maison diffuse des ouvrages scolaires et historiques, des guides techniques ou pratiques et crée un hebdomadaire destiné à la jeunesse, Le Bon Point amusant, un des journaux les plus populaires d'avant-guerre.

1915

Romain Rolland reçoit le prix Nobel de littérature.

1919

Parution de L'Atlantide de Pierre Benoit, Grand prix du roman de l'Académie française, best-seller planétaire, qui sera par six fois adapté au cinéma (notamment par Jacques Feyder et Pabst). L'auteur, devenu académicien, restera toujours fidèle à la maison.
Un des premiers romans à parler de la Grande Guerre, Les Croix de bois de Roland Dorgelès, prix Fémina, se vend à plus d’1 million d'exemplaires.

1921

L'Antillais René Maran se voit attribuer le Goncourt avec Batouala, un roman « nègre » qui déclenche la polémique.

1922

Le prix Goncourt est attribué à Henri Béraud pour Le Martyre de l'obèse et Le Vitriol de lune ; le Grand Prix du roman de l'Académie française revient à L'Homme traqué de Francis Carco, qui deviendra l'un des auteurs vedettes de la maison.

1922

Création de la collection « Les Maîtres de la littérature étrangère », où sont traduits Wells, Kipling, Conan Doyle, Twain, Stevenson, Emily Brontë, et qui deviendra par la suite « Les Grandes Traductions ».

1924

Année charnière dans l'histoire de la maison. Grâce au rachat du fonds Ollendorf, des auteurs prestigieux – Victor Hugo, Guy de Maupassant, Romain Rolland, Balzac, Colette… – entrent au catalogue. Une opération audacieuse qui va propulser Albin Michel au premier rang des éditeurs parisiens.

1927

Robert Esménard rejoint son beau-père à la tête des éditions Albin Michel pour mettre en place les structures administratives et l'organisation commerciale.

1931

Henri Pourrat est couronné par le Grand Prix du roman de l'Académie française pour Gaspard des montagnes.

1932

Première édition de Je sais cuisiner de Ginette Mathiot. Constamment réédité, ce classique de la cuisine atteint désormais les 6 millions d'exemplaires, toutes éditions confondues !

1933

Irène Némirovsky, une des étoiles montantes de la jeune génération, rejoint les éditions Albin Michel.

1934 et 1936

Le prix Goncourt est successivement attribué à Capitaine Conan de Roger Vercel et L'Empreinte du dieu de Maxence Van der Meersch.

1937

Le secteur des ouvrages d'histoire et de référence se développe à travers les collections « L'Évolution de l'humanité » (dirigée alors par Henri Berr), « Sciences d'aujourd'hui » ou plus tard « Spiritualités vivantes » (1948). Ces collections, toujours suivies, accueilleront des auteurs prestigieux : Marc Bloch, Lucien Febvre, Louis de Broglie, André Leroi-Gourhan, Louis Leprince-Ringuet, Karl von Frisch, Shri Aurobindo, Rabindranâth Tagore, Gandhi, Taisen Deshimaru, Khalil Gibran, Jacques Brosse, Ramana Maharshi, etc.

1940

Rebecca, de Daphné du Maurier, connaît une vogue immense. Albin Michel publiera par la suite toute l'œuvre de la romancière anglaise très souvent adaptée au cinéma, notamment par Alfred Hitchcock.

Octobre 1940

Promulgation des premières lois antisémites du gouvernement de Vichy. Irène Némirovsky est interdite de publication, puis arrêtée en juillet 1942 avec son mari. Elle mourra à Auschwitz le 19 août, un mois après sa déportation, malgré les nombreuses démarches d’Albin Michel pour faire libérer le couple.

1943

Décès à 70 ans d’Albin Michel, fondateur de la maison.
L'activité éditoriale est rendue difficile par la pénurie de papier mais Robert Esménard parvient tout de même à faire face aux contingences matérielles.

1944

Publication du Camp de la mort lente de Jean-Jacques Bernard (fils de Tristan Bernard), premier ouvrage sur l'horreur nazie.

1945

Romain Rolland publie son Péguy.

1948

Vercors, l'auteur du Silence de la mer, paru dans la clandestinité, rejoint Albin Michel, un des rares éditeurs sur lequel ne plane pas de soupçons de collaboration.
Thomas Mann et Stefan Zweig entrent au catalogue.

1950

Parution de L'Enfer, d'Henri Barbusse.

1953

Michel Ragon, Robert Sabatier et Georges Conchon publient leur premier roman.

1954

Début de la publication des œuvres complètes de Léon Blum.

1955

Prix Goncourt pour Les Eaux mêlées de Roger Ikor.

1956

Le Naïf locataire de Paul Guth, reçoit le Grand Prix du roman de l'Académie française.

1958

Lancement de la collection Présences du judaïsme.
En littérature étrangère, Albin Michel publie Friedrich Dürrenmatt, Patrick Leigh-Fermor, Alan Paton, Miguel Angel Asturias, Samuel Joseph Agnon, Italo Calvino, Machado de Assis…

1960-1970

Francis Esménard, petit-fils d’Albin Michel, entre dans la maison.

1960

Publication de Pays de Neige (prix du meilleur livre étranger) de Yasunari Kawabata qui recevra le Nobel de littérature en 68. La plupart des livres de l’auteur sont au catalogue Albin Michel.

1964

Prix Goncourt pour L'État sauvage de Georges Conchon.

1965

Robert Sabatier devient directeur littéraire. Il occupera cette fonction jusqu'en 1972, alors que sa série du « roman d’Olivier », commencée en 1969 avec Les Allumettes suédoises, connaît un immense succès en France (plus de 2,5 millions d’exemplaires vendus !) et à l’étranger.

1966

Lancement de la collection Lettre ouverte… , qui renoue avec la tradition du pamphlet. Parmi les premiers auteurs Robert Escarpit, André Maurois, Louis Pauwels, Jean-François Revel, Jules Romain.

1970

La publication du sulfureux Last Exit to Brooklyn d’Hubert Selby Jr défraie la chronique.

1970-1980

Le département étranger s’enrichit de nouveaux grands auteurs : Elias Canetti, Nadine Gordimer et Doris Lessing (respectivement prix Nobel de littérature en 1981, 1991 et 2007), Camilo José Cela, Slawomir Mrozek, Joao Guimaraes Rosa, Ismaël Kadaré, John Fowles…

1979

La Nuit du Renard de Mary Higgins Clark (Grand Prix de littérature policière 1980) signe le lancement de la collection « Spécial Suspense ». Succès sans précédent pour la romancière américaine dont les ventes de livres, toutes éditions confondues, dépassent aujourd’hui les 25 millions d'exemplaires en France.

1979

Dans un esprit d'ouverture, Albin Michel accueille documents d'actualité et d'investigation tels ceux de Jean Montaldo.
C’est l’époque aussi où Jean-Edern Hallier, à travers ses Éditions Libres, ses romans et ses brillants pamphlets, ravive cette flamme de talentueux irrespect que se plaît à entretenir Albin Michel depuis sa création.
Sensible à l'air du temps, la maison crée, en 1979, un département Bande dessinée. Premier titre signé par Wolinski, suivi par les auteurs vedettes de Hara-Kiri et Charlie Hebdo : Reiser, Cabu, Manara, auxquels viendront se joindre Pétillon, Martin Veyron, Liberatore, Vuillemin, après la reprise de L’Écho des savanes en 1982.

1980-1990

Francis Esménard, qui dirige déjà la maison depuis plusieurs années, devient président-directeur général.
Les best-sellers se multiplient : La Bougainvillée de Fanny Deschamps, Laura Brams de Patrick Cauvin, Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie (Grand Prix du roman de l'Académie française) de Jean Raspail, Les Mouchoirs rouges de Cholet (grand prix des lectrices de Elle, Goncourt du récit historique, etc.) de Michel Ragon, Harricana de Bernard Clavel, premier tome

d’une saga sur le Grand Nord canadien, Les folies Koenigsmark (Goncourt du récit historique) de Gilles Lapouge, Le Roman de Sophie Trébuchet (prix Kleber Haedens) et Le Bal du dodo (grand prix du roman de l’Académie française) de Geneviève Dormann, Une ville immortelle (grand prix du roman de l’Académie française) de Pierre-Jean Remy, Mémoires barbares (prix Méditerranée) de Jules Roy…

Les maitres du thriller anglo-saxon deviennent un des atouts d’Albin Michel avec Stephen King (Cujo, Ça, Misery…), Tom Clancy (Octobre rouge), Frederick Forsyth (L'Alternative du diable), Thomas Harris (Le Silence des agneaux), Dean Koontz, Clive Barker (Livre de sang)…

Création d’Albin Michel Jeunesse.

1990-2000

Ces années se caractérisent par une forte croissance. Depuis 1992, Albin Michel publie environ 450 nouveautés par an (100 en 1967). Pas une année ne s'est écoulée sans que plusieurs auteurs ne figurent parmi les meilleures ventes annuelles de l'édition française : Mitterrand et les 40 voleurs de Jean Montaldo (plus de 800 000 exemplaires), Souviens-toi de Mary Higgins Clark (350 000), etc.
Une génération de nouveaux talents rencontre également un large public : Bernard Werber (la trilogie des Fourmis), Jean-Christophe Grangé (Les Rivières pourpres), Eric-Emmanuel Schmitt (Oscar et la dame rose)…

Sans compter ceux qui ont obtenu la reconnaissance des jurys littéraires : Didier van Cauwelaert (Goncourt 1994 pour Un aller simple), Pascale Roze (Goncourt 1996 pour Le Chasseur Zéro), Patrick Besson (Renaudot 1995 pour Les Braban), Alessandro Baricco (Médicis étranger 1995 pour Châteaux de la colère), François Cheng (Fémina 1998 pour Le Dit de Tianyi), Éric Neuhoff (Interallié 1997 pour La Petite Française), Calixthe Beyala (Grand Prix du roman de l'Académie française 1996 pour Les Honneurs perdus), Christian Signol (prix Maison de la presse 1997 pour La Lumière des collines) ou Amélie Nothomb (Grand prix du roman de l'Académie française 1999 pour Stupeur et tremblements).

Domaine étranger : création des collections « Terre indienne » et « Terres d’Amérique », dirigées par Francis Geffard.
Création d'une filiale en association avec Canal + éditions, dont certains titres sont devenus des livres-culte : Les Nuls, le livre, L’Agenda secret de Jacques Chirac

2001-2010

Les prix littéraires continuent de récompenser nos auteurs : Patrick Poivre d'Arvor (Interallié 2000 pour L'Irrésolu), Éric Neuhoff (Grand Prix du roman de l'Académie française 2001 pour Un bien fou), Gérard de Cortanze (Renaudot 2002 pour Assam), Jacques-Pierre Amette (Goncourt 2003 pour La Maîtresse de Brecht), Frédéric Lenoir et Violette Cabesos (prix Maison de la presse 2004 pour La Promesse de l’ange), Diane de Margerie (prix Médicis de l’essai 2004 pour Aurore et George),

Sylvie Germain (Goncourt des lycéens 2005 pour Magnus), Katherine Pancol (prix Maison de la presse 2006 pour Les Yeux jaunes des crocodiles), Gilles Lapouge (prix Fémina de l’essai 2007 pour L’Encre du voyageur, suivi, la même année, du Grand Prix de littérature de la Société des gens de lettres), Jean-Michel Guenassia (Goncourt des lycéens 2009 pour Le Club des incorrigibles optimistes), Françoise Chandernagor, de l’Académie Goncourt,

(Prix Palatine du roman historique 2011 pour Les Enfants d’Alexandrie), Victor Cohen Hadria (Prix des libraires 2011 pour Les trois saisons de la rage), Virginie Deloffre (Prix des libraires 2012 pour Léna), Christian Signol (Prix Maurice Genevoix 2012 pour Au cœur des forêts)…
François Cheng et Assia Djebar entrent à l’Académie française.

2010

Albin Michel s’est résolument engagée dans le virage du numérique en rendant accessible sous ce format une grande partie de son fonds (plus de 2 000 titres) et ses nouveautés. En matière de beaux-livres et de livres jeunesse ou pratique, Albin Michel propose désormais des ouvrages enrichis, utilisant toutes les potentialités de ce nouveau support : dans des genres différents

De Gaulle et les Français libres d’Eric Branca, L’Herbier des fées de Benjamin Lacombe (mention spéciale du jury des Pépites numériques du Salon du livre jeunesse de Montreuil) ou Mon musée imaginaire de Paul Veyne, ont été très remarqués. En mars 2016, sept nouveaux beaux-livres numériques enrichis viennent compléter la collection : Frida Kahlo par Gisèle Freund de Gérard de Cortanze,

Picasso, portrait intime d'Olivier Picasso, mais aussi Tour Paris 13 de Mehdi Ben Cheikh, une visite complète de cette tour mythique aujourd'hui détruite qui a accueilli l'un des plus grand événement de l'histoire du street art.

2013

Pierre Lemaitre est le lauréat du Prix Goncourt pour son roman Au revoir là-haut.