Calixthe Beyala

Née au Cameroun, Calixthe Beyala poursuit une œuvre littéraire inclassable, traduite et étudiée dans de nombreux pays.


Grand prix de l'Académie française en 1996 pour Les honneurs perdus, elle a publié de nombreux romans dont, La plantation en 2005 ou Le roman de Pauline, en 2009. Tous chez Albin Michel.

Sa dernière parution

Sa dernière parution

Le Christ selon l'Afrique

Boréale n’a que vingt ans mais des problèmes à revendre, entre un amoureux infidèle, une patronne dépressive, une tante qui veut lui faire porter son enfant et une mère qui la dénigre constamment. Dans ce quartier populaire de Douala où elle habite, on s’enthousiasme comme on déteste, se...[...]
Édition Brochée

19,50 €

Boréale n’a que vingt ans mais des problèmes à revendre, entre un amoureux infidèle, une patronne dépressive, une tante qui veut lui faire porter son......
« À Pantin il est plus facile de gifler une nana que de lui dire je t'aime, plus facile de la violer que de lui dire je t'aime, plus facile d'aller lui......
Elle est noire, africaine, célibataire et mère d'une ado rebelle. Il est blanc, occidental, marié sans enfants. Entre eux un amour fou. Une rencontre......
Le Zimbabwe était leur terre, leur domaine, leur paradis... Jusqu'au jour où le « Président élu démocratiquement à vie » décide d'exproprier ces......
« Femme nue, femme noire, vêtue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté... Ces vers ne font pas partie de mon arsenal linguistique. Vous......
Chronique romancée d'un village de brousse camerounais pendant la colonisation, de la guerre de 14 à nos jour, racontée par Assanga Djuli, chef de tribu......
« Je cuisinais de pied ferme pour sauver mon couple, car il me trompait avec les plus belles filles du monde. J'eus tant de cornes sur la tête qu'il me......
Si Eve-Marie a quitté l'Afrique pour Paris-Belleville c'est en pensant aux valeurs de la République française : "Liberté, égalité, fraternité".
Mais......
« J'étais la petite fille la plus sale du quartier, mais j'étais princesse. Je ne portais pas de couronne, mais grand-mère m'en tressait une, invisible......
« Que ceci soit clair : je m'appelle bien Saïda Bénérafa. Jusqu'à quarante et quelques années, je n'avais jamais quitté New-Bell Douala nº5. Je......
"Je m'appelle Assèze-Christine. Le hasard m'a fait naître dans un village cocorico-misérable, un coin de brousse qui n'a pas de nom défini ni d'histoire......
"On m'appelle Loukoum et j'ai maintenant douze ans. Depuis Le Petit Prince de Belleville, beaucoup de choses ont changé : j'ai une nouvelle maîtresse, je......