Couverture du livre Le Privilège des rêveurs

Le Privilège des rêveurs

« Nos vies sont la somme des histoires que nous nous racontons. »

Cab rêve de gloire. Salomé rêve d’amour. Judith rêve de liberté. Que devront-ils perdre pour réaliser leur rêve ?


« Stéphanie Janicot s'invite parmi les auteurs qui comptent. » Esprit femme.

« Un beau roman sur nos vies rêvées et nos rêves de vie. » Alexie Lorca, Atmosphères.

« Un roman qui vous intrigue et vous hante longtemps. Lumineux. » Emmanuelle de Boysson, Marie Claire.

« Un livre fort et dépaysant aux personnages attachants qui restent longtemps avec le lecteur. » Tatiana de Rosnay, Psychologies.

« Un superbe roman sur les fils du destin et l'étrangeté des sentiments. » Notre Temps.

« Un roman élégamment construit qui porte en lui une sorte de mélancolie. Part belle à la tendresse, à l’humour… une façon légère de dire les choses graves. » Muze.

« Elle renouvelle avec sensibilité les thèmes qui lui sont chers sur une partition captivante. » Delphine Peras, Lire.

« Sa force tient autant au suspense de la trame romanesque qu’à son magnifique thème… Un très beau roman qui interroge, secoue, émeut. » Laurence Haloche, Le Figaro Magazine.

« De très justes notations, pleines de sel et d’humour, une fin très tenue, de toute beauté. Très réussie et inattendue… Ses lecteurs vont faire une haie d’honneur à son Privilège des rêveurs. » Patrick Poivre d’Arvor, Nice-Matin.

« Amour, amitié, filiation, solitude nourrissent ce roman riche et charmant. Une invitation à faire la part belle au rêve. » Marie-Valentine Chaudon, La Croix.

« Un grand roman américain à la Douglas Kennedy sur la solitude contemporaine. Une réussite éclatante. » Gilles Pudlowski, Le Point.

« Une immersion à la découverte de la fragilité des êtres. » Manon de Staël, Le Spectacle du monde.

« La plus romancière des romancières françaises, peut-être parce qu’elle est un peu américaine dans sa conception du roman : une grosse machine subtile qui avance vite. Un bulldozer avec un moteur de Mercedes… Cela nous donne des livres palpitants et limpides. » Patrick Besson, Marianne.

« Elle sait décrire ce qu’il y a de plus difficile à faire partager aux lecteurs : la tendresse, ce sentiment persistant bien plus subtil à mettre en mots que l’amour ou l’amitié. » Jérôme Béglé, Paris-Match.

« Difficulté d’aimer la vie telle qu’elle est, inaptitude au bonheur… voilà les thèmes –et quels thèmes- qui inspirent le nouveau Janicot. Touchant. » Isabelle Lortholary, Elle.

Date de parution

22 août 2007

Édition Brochée
19,80

130.00 mm x 200.00 mm

352 pages

EAN : 9782226179616

Édition Livre numérique
13,99 €

EAN : 9782226339768

Les libraires en parlent

Du même auteur